© Amélie Ferrand 2019. Toute reproduction interdite.

Parmi nos activités ou nos attitudes, il y en a certaines que nous avons du mal à saisir et que nous avons tendance à réduire à des mots, des clichés, des conceptions.


C’est le cas, en particulier de nos activités dites “intérieures”, telles que “penser”, “imaginer”, ”se concentrer” : nous avons tendance non seulement à les dé-gestualiser, à ne pas les imaginer comme mouvements corporels, mais aussi à les dé-socialiser, à les considérer comme avant tout individuelles.

Cette brève série sur les “ figures de l’attention” est une tentative de percevoir l’attention comme un moment spécique, saisissable dans la variété des cadres de vie et des actes qui la rendent possible.

En voir plus