© Amélie Ferrand 2019. Toute reproduction interdite.

portraits de producteurs

été 2017.

Michel Huttin que j'avais rencontré afin de le photographier pour mes apparences d'embauche, avait décidé de monter l'épicerie de proximité Aux saveurs du terroir.

 

Il a souhaité que je fasse quelques portraits des producteurs avec lesquels il avait choisi de travailler.

Je suis allée chez eux sur leur lieu de travail. 

 

J'ai aimé faire ces images qui montrent un rapport au travail différent, et non aliéné, à la différence de ce qui est le plus souvent mis en avant.

Conversations. Photographies ...

Je fais toute la gamme lactique, vache et chèvre : fromage blanc, frais, sec, affiné, apéro, soit moelleux, soit plus sec. 


Les gens m’encouragent, ils me soutiennent, c’est plus que du commerce.
Il y a une fidélité, ça compte. Ça me touche, j’en ai besoin. 

J’ai pris la suite de mon père. Depuis tout petit je fais ça. 

Je ne me verrais pas faire autre chose. Après, quand on aime ...

 

J’aime bien cultiver tous les légumes, les voir pousser tous les jours.

Je leur parle tout le temps à mes abeilles. 

C’est un animal sauvage, autonome avec qui on peut travailler en symbiose, en phase totale avec la nature, en fonction des floraisons, du temps, de la miellée. 

 

La super phase, c’est le printemps,  parce que tout se développe et tout est plein de promesses.

Notre plus vieille vigne, elle a 75 ans, il y a de la poésie, et j’ai envie de la garder.

 

Je ne cherche pas la quantité en jus, je ne cherche pas la grosse grume, je cherche la petite grume pour le plus de pellicule possible. C’est la pellicule qui fait la couleur et qui donne tout. Plus j’ai du raisin, plus je suis content. 

J’aime bien travailler avec les fûts de chêne. 

 

C’est le domaine familial, le grand-père est encore là. 85 ans. Il travaille toujours dans les vignes. 

Et notre fils est rentré sur l’exploitation.  Il sera la 5e génération.

Cela fait une vingtaine d’années qu’on fait des cochons. 

Avant on avait que des vaches.

Mes grands-parents étaient agriculteurs, on a repris leur exploitation.

On a un atelier de transformation à Amplepuis. On fait tout nous-mêmes. 

Cela fait une vingtaine d’années qu’on fait des cochons. 

Avant on avait que des vaches.

Mes grands-parents étaient agriculteurs, on a repris leur exploitation.

On a un atelier de transformation à Amplepuis. On fait tout nous-mêmes. 

Je baigne dedans depuis que j’ai 5 ans. J’allais chez un voisin qui était agriculteur. 

Ce qui me plaît le plus dans ce métier c’est le contact avec les animaux, d’élever mes bêtes, et le contact avec l’humain.

Toutes les pommes ne sont pas en couleur en même temps. La Gala c’est une bicolore, elle se ramasse en deux ou trois fois. 

 

On ramasse dans les grandes caisses en bois que vous voyez.

Toutes les pommes ne sont pas en couleur en même temps. La Gala c’est une bicolore, elle se ramasse en deux ou trois fois. 

 

On ramasse dans les grandes caisses en bois que vous voyez.