© Amélie Ferrand 2019. Toute reproduction interdite.

Je vis à Lyon. 

J'utilise la photographie

comme manière libre de mieux

comprendre ce qui m'entoure.

J’ai longtemps occupé un poste d’assistante de direction jusqu’au moment où j’ai décidé de me consacrer entièrement à la photographie.

Ma première approche de la photo n’a pas été en tant que photographe mais en tant que modèle pour certains artistes, parfois très connus, parfois, plus amateurs.


Cette première expérience a été l’occasion pour moi d’expérimenter ce qu’on pourrait appeler la cuisine photographique, ses rouages, ses conventions, parfois dites, parfois tacites, mais surtout de saisir un aspect du travail photographique qui m’importe encore aujourd’hui.

 

L’acte photographique, c’est avant de viser et de déclencher, créer une relation, observer ce qu’une       co-présence permet d’inscrire dans l’image, c’est une manière de ressaisir des faits auxquels on se croit accoutumé et dont on sent bien qu’ils ne sont pas sous l’emprise de notre intelligence.

C’est une manière de reconnaître.
 

Je photographie des interactions sociales : celles parmi lesquelles la photo peut prendre une place, celles que la photo peut atteindre ou même provoquer puisque se faire photographier est l’instrument de sociabilité par excellence. Je réalise ainsi des conversations photographiques.